Discours de l’Ambassadeur

Excellence, M. Samoual Khalf Allah, Représentant du gouvernement de la République du Soudan ;
Excellences, titulaires de fonctions constitutionnelles,
Excellences, Messieurs et Mesdames les Ambassadeurs et membres du corps diplomatique

Mesdames et Messieurs,

Chers Amis,

Mon épouse et moi-même sommes heureux de vous souhaiter la bienvenue à tous, Français, Soudanais, représentants et amis de tous pays, venus célébrer avec nous notre fête nationale, c’est-à-dire l’anniversaire de la Révolution française et du message qu’elle a porté au monde.

Je salue particulièrement la présence parmi nous, attendue, de Son Excellence Monsieur Samoual Khalf Allah, Ministre de la Culture du gouvernement du Soudan.

Le message de la France, résumé dans notre devise nationale, Liberté, Egalité, Fraternité, c’est celui des libérés publiques, des droits politiques et civils, bref celui de la démocratie.

J’ai toujours beaucoup de satisfaction, d’émotion même, lorsque j’entends des amis soudanais se référer à cet héritage de notre histoire pour penser un Soudan en paix, où la tolérance règne, où le respect de la diversité culturelle, ethnique et religieuse est un devoir et non une exception. Cette diversité qui est, même après l’indépendance du Soudan du Sud, il y a cinq jours, la grande richesse du Soudan.

Mes chers amis,

La paix mérite tous les sacrifices. Le cheminement vers elle est souvent long, tortueux, semé d’embûches et d’imprévus. Ce n’est souvent pas la voie la plus facile, mais ceux qui l’empruntent gagnent la postérité pour leur courage.

C’est ce courage dont ont fait preuve les signataires de l’Accord global de paix de 2005, et c’est ce même courage que les dirigeants du gouvernement du Soudan ont montré, la semaine dernière, en reconnaissant l’indépendance du Soudan du Sud.

Aujourd’hui, plus que jamais, le Monde regarde le Soudan, comme le Soudan regarde le Monde.

Aujourd’hui, le grand peuple Soudanais fait l’admiration de tous par sa dignité, sa lucidité, sa maturité politique et son courage.

Au nom du peuple français, j’adresse à nos amis Soudanais un message d’amitié et je leur souhaite bonheur, succès et prospérité.

Je veux leur dire aujourd’hui que la France reste à leur côté, désireuse de poursuivre sa coopération et son amitié, pour les aider dans la mesure de ses possibilités à passer cette étape difficile. Le Soudan continue à être pour nous un partenaire important, dans cette région du monde et sur la scène internationale.

Chers Compatriotes,

Je connais votre attachement à la célébration du 14 juillet et suis heureux de vous compter parmi nous ce soir. Depuis ma prise de fonction au Soudan, j’ai pu me rendre compte de la valeur de votre action, dans l’ensemble de ce grand pays : à Khartoum, au Sud, au Darfour et ailleurs au Nord et dans l’Est.

Que ce soit au sein d’ONG, d’entreprises privées ou d’organisations régionales ou internationales ainsi qu’au sein des services de l’Ambassade, je tiens à saluer votre contribution au développement économique, social, culturel et scientifique de notre pays d’accueil et à la relation entre la France et le Soudan.

Je rends particulièrement hommage aux efforts incessants pour le rayonnement de la langue française que n’a cessé de déployer la doyenne des Français au Soudan, Madame Viviane Yagi, que nous sommes très heureux de compter parmi nous ce soir. Présente au Soudan depuis 1956, Madame Yagi a formé durant sa longue carrière à l’Université de Khartoum des générations et des générations d’étudiants et d’enseignants de notre langue. La France, Madame, vous est reconnaissante pour ce travail sans relâche.

Excellences, Mesdames, Messieurs, Chers Amis,

Alors que le Soudan vient d’ouvrir une nouvelle page de son histoire, la France tient à rassurer ses amis soudanais qu’elle reste aujourd’hui, qu’elle restera demain, assurément plus qu’hier, à leurs côtés.

Vive la France

Vive le Soudan

Et Vive l’amitié franco-Soudanise.

Dernière modification : 17/07/2011

Haut de page