Discours 14 juillet 2017 Messieurs les...

Discours 14 juillet 2017

Messieurs les Ministres, Madame la Secrétaire d’Etat au ministère de la Coopération internationale,
Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs,
Mesdames et Messieurs, chers amis,

Je suis particulièrement heureuse de vous accueillir ce soir. Je vous souhaite à tous la bienvenue. Mon équipe, mon mari et moi-même vous remercions très chaleureusement d’être venus fêter le 14 juillet avec nous.

I beg our English-speaking friends to forgive me but

I will speak in French, as it is our tradition, but a translation in arabic is available on the screen right there.

Mesdames et Messieurs,
Le 14 juillet est notre fête. Mais c’est aussi la fête de tous ceux qui se reconnaissent dans ce message universel – liberté, égalité, fraternité –, la devise de la France. Des valeurs que nous souhaitons partager avec vous ce soir et qui sous-tendent toujours l’action de la France.
Comme vous le savez, je ne suis arrivée au Soudan que depuis quelques jours mais j’ai déjà pu constater à quel point les Soudanais sont accueillants et amicaux. J’aurai à cœur, tout au long de ma mission, de cultiver cette amitié et de faire fructifier les relations franco-soudanaises. Je sais pouvoir compter sur l’ensemble de mon équipe ici présente et je compte aussi sur vous.

L’année écoulée aura été marquée par une densification de notre relation bilatérale, qui a permis de resserrer les liens entre nos deux pays dans de nombreux domaines et d’approfondir notre dialogue sur des sujets, tout aussi nombreux, d’intérêt commun.

Permettez-moi d’en citer quelques aspects saillants :

  • la nomination en novembre dernier d’un Envoyé spécial français pour le Soudan et le Soudan du Sud, l’ambassadeur Stéphane Gruenberg ;
  • l’intensification du dialogue politique avec la tenue en février dernier à Paris au Quai d’Orsay de consultations politiques de haut niveau ;
  • Ou encore la visite au Soudan en mars de sénateurs français du groupe d’amitié France - pays de la Corne de l’Afrique.

Comme vous le savez, la relation entre le Soudan et la France est une relation ancienne, forte et dense. Le Soudan est un pays qui compte, notamment en Afrique et dans le monde arabe. Nos deux pays partagent des préoccupations communes de paix et de sécurité dans cette partie du monde et, plus précisément dans le voisinage immédiat du Soudan, où, comme vous le savez, la France est très présente et a des intérêts stratégiques.

Nous souhaitons, en lien avec nos partenaires européens et de la Troïka, prendre toute notre part dans les efforts internationaux visant à faciliter, soutenir et accompagner la résolution des crises soudanaises dans le Darfour et les Deux régions et permettre au peuple soudanais de vivre enfin en paix et en sécurité.

A cet égard, la France appuie l’action de médiation menée par le Panel africain de haut niveau, dont la Feuille de route signée en août dernier constitue selon nous le chemin à suivre pour parvenir à une solution politique inclusive. Nous saluons la conclusion du Dialogue national. Il s’agit d’une étape essentielle dans un indispensable processus de réconciliation qui associe toutes les composantes de la société soudanaise.

La France au Soudan, c’est aussi notre engagement à intervenir dans tous les domaines de coopération. Nous sommes ainsi investis, avec nos partenaires soudanais,dans les champs universitaire, scientifique, linguistique, éducatif et culturel. Nous sommes aussi présents dans les domaines de la gouvernance, du développement,du changement climatique, des migrations, de l’aide humanitaire et de l’appui à la société civile sur les questions de genre.

La France au Soudan, c’est également une présence sur l’ensemble du territoire soudanais, de l’Est jusqu’au Darfour, avec un remarquable réseau culturel et de coopération, à Khartoum évidemment mais aussi à El Obeid, Wad Madani ou encore à Port Soudan.

Et pour les années à venir, la France au Soudan a encore de nombreux projets d’envergure. Permettez-moi d’en citer quelques-uns.

Grâce à un financement de la Délégation européenne à Khartoum dont je salue l’Ambassadeur, la coopération française va lancer un ambitieux projet dans un domaine essentiel, celui de l’éducation de base.

Nous allons aussi agir pour faire découvrir aux Français le Soudan, son peuple, son patrimoine exceptionnel et sa remarquable culture. Loin des idées reçues. Au plus proche de la réalité des Soudanais et de leur histoire. Nous allons donc soutenir ou organiser de grandes manifestations culturelles à destination du grand public.

Après avoir assuré une représentation soudanaise dans la très belle exposition « Trésors de l’Islam en Afrique » qui se tient actuellement à l’Institut du Monde arabe à Paris, nous préparons pour le mois de septembre, à l’initiative de l’Ambassade et toujours à l’Institut du Monde arabe, une série d’événements culturels (concert, exposition, débats, cinéma, littérature) qui s’intitulera « Un autre Soudan », pour présenter au public français le dynamisme, la créativité, la vitalité et les réalités du Soudan contemporain.

Enfin, le Musée du Louvreet l’Ambassade préparent pour 2020 une exposition tout à fait exceptionnelle sur l’archéologie soudanaise, qui se tiendra à Paris, puis à Londres et aux Etats-Unis dans certains des musées les plus prestigieux au monde. Cette exposition sera consacrée au royaume de Napata. Elle comptera parmi les plus grandes expositions archéologiques internationales, et mettra en lumière la relation séculaire et singulière de coopération archéologique de la France avec le Soudan.
Je forme le vœu que l’année 2017 soit aussi celle d’un réengagement économique de la France au Soudan. Il faut que les échanges franco-soudanais se hissent à la hauteur de leur potentiel. De grands groupes français, tels que Schneider Electrique, Bolloré et CMA CGM, sont déjà présents au Soudan, tandis que de nombreuses entreprises françaises manifestent leur volonté d’y investir. A cet égard, j’invite les entreprises soudanaises à venir rencontrer les entrepreneurs français lors de l’étape Kényane des Rencontres Africa 2017, qui se déroulera du 5 au 6 octobre à Nairobi, où plus de 400 entreprises africaines et françaises sont attendues. .
Nos deux pays doivent bâtir un pont entre les savoir-faire français et les potentiels soudanais. Espérons que la situation le permette aussi rapidement que possible. A cet égard,j je comprends votre déception s’agissant des sanctions, mais comme le dit le proverbe soudanais :
" الصابر غرف الموية بالغربال"
Ce qu’on pourrait transposer en français de la façon suivante : « patience et bonne volonté transforment le sable en or ».
Pour terminer, je souhaiterais évoquer avec vous un projet collectif qui nous tient particulièrement à cœur :
La France souhaite accueillir les Jeux Olympiques et Paralympiques, le plus grand événement sportif au monde, dont nous voulons qu’il soit spectaculaire, festif, populaire, porteur de passion, d’engagement et de sens. La candidature de Paris est un projet national mais nous souhaitons qu’il puisse aussi dépasser les frontières.
Les Jeux de Paris 2024, c’est ainsi la promesse de partager avec tous des Jeux de passion et de sens, au cœur même d’une capitale ouverte sur le monde. 100 ans après la dernière Olympiade à Paris, nous voulons conjuguer notre ferveur pour le sport et notre savoir-faire dans l’organisation de grands événements.
Mais Paris 2024 ira bien au-delà, en faisant de ces Jeux un projet porteur de sens et de partage, un projet qui défende l’environnement et le progrès pour une société plus inclusive, solidaire et sportive.
J’espère que nous aurons la joie et l’honneur, le moment venu, d’y accueillir une belle délégation olympique soudanaise en espérant, in cha’Allah, des médailles soudanaises, comme celle d’Ismaïl Ahmed Ismaïl aux Jeux de Pékin. En attendant, nous aurons le plaisir de vous projeter dès ce soir un film de présentation de Paris 2024. Il sera suivi d’un très beau film retraçant le récent « Tour de France au Soudan », organisé à Khartoum dans le cadre de notre diplomatie sportive. Vous seront également présentés une série de clichés illustrant successivement les projets récents de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade, la candidature de Paris pour 2024 et quelques réalités de la France contemporaine.
Pour terminer, permettez-moi de remercier très sincèrement les nombreuses entreprises françaises et soudanaises qui nous ont apporté un précieux soutien pour faire de cette soirée un moment exceptionnel. Il s’agit de : Renault, AGS, Hisham Yagoub, Bolloré, Sagemines, Algam, Alwaad et MIG. Merci à eux.

.
Merci encore à vous tous pour votre présence.

Vive la France, vive le Soudan, et vive l’amitié franco-soudanaise !

Dernière modification : 17/07/2017

Haut de page